Jules Weitz alsacien d'origine installe en 1883 un atelier au "champ fleuri". Il entreprend la fabrication du matériel dit de "chemin de fer portatif", voies, aiguillages, plaques tournantes, wagonnets, ainsi qu'une gamme de petit outillage, pelle, pioche, brouettes. En 1890 installation de l'usine à Gerland, 3 rue des Culattes. Entre 1890 et 1910, il participe à de nombreux réseaux SNCF : construction de voie de un mètre et de matériel roulant, et équipe de grands établissements industriels : la manufacture d'armes de Saint-Etienne, le Parc d'Artillerie de la Mouche, les fonderies de Bourges, les usines Gillet... Après la mort de Jules Weitz en 1910, la société développe le matériel des Bâtiments et Travaux Publics : bétonnières, pelles mécaniques de terrassement. En 1932, La société Weitz est la première à faire l'essai pour les matériaux de levage. Mais à partir de 1943, intégré au groupe Richier elle se spécialise dans cette branche sous la raison sociale Weitz SA. Charpente, grosse chaudronnerie soudée, grues à tour Weitz les premières construites en France, grues mobiles sur pneumatiques. 500 ouvriers spécialisés.

Weitz GT 1425
Weitz GT 1425

Jules Weitz, réfugié de l'Est suite au traité de Francfort de 1870, est originaire de Mulhouse. Il a créé son entreprise de voie portative à Lyon. Cette entreprise familiale était spécialisée dans le matériel de manutention et de transformation des matériaux de construction. Son activité couvrait la réalisation de « mixers » pour le ciment, de concasseurs de pierres, de pelles à vapeur (exemple de machines fournies dans les années 30 pour les besoins du chemin de fer Kayes-Niger), de wagons à voie étroite.

C'est la seconde génération, avec Edmond Weitz, qui développera une nouvelle activité : la réalisation de grue à tour (mobile ou non) et de grue automobile. En réalité, c'est un allemand, le constructeur Arthur Loeb, qui est à l'origine de ce nouveau développement. Juif, il dû fuir les persécutions Nazi et entra en contact avec l'entrepreneur Lucien Pitance à Lyon (un ancien client) qui le mis en contact avec Edmond Weitz. Ainsi naquit une nouvelle équipe.

A la fin des années 40, suivant les instructions de Loeb fut ainsi créé de nouvelles grues à tour mobile plus performantes. Dans un premier temps sous le nom de C.A.C.L. (Chantiers et Ateliers de Construction de Lyon) puis dans les années 50 sous le nom de Richier-Weitz suite au rapprochement avec cette entreprise. Cherchant à fusionner avec le groupe B.P.R., Richier Weitz fut racheté dans les années 70 par Potain.

Une spécialité de Weitz des années 60 : la grue à tour mobile (7 tonnes à 40 mètres).

 

Source: maquetland.com

 

GAMME

G60

G-250

GF-1145

1265

1266

X-1091

X-1265

X-1361

1450

GT-1265

GT-1290

GT-1330

GT-1372

GT-1425


Commandes par volants sur une grue Weitz G.60HVA

La grue Weitz était facilement reconnaissable par la forme de sa flèche et de sa contreflèche.

un ouvrage assez rare à trouver.