GT 431
GT 431

Histoire de BPR (Boilot Pingon Richier) :

 

En 1977, pour faire face à la concurrente Potain, les constructeurs Boilot, Pingon et Richier décident de regrouper leurs départements “grues à tour” pour ainsi créer la marque BPR, qui reprend leurs différents concepts techniques (moteurs, armoires, etc) et structurels (mâts, flèches, etc) pour les proposer en commun. C’est l’apparition des modèles phares, comme les GT 222 B2, modèles repris des GT 1174 B de Richier,GT 229 B3, ou encore des GT 329, qui sont repris des GT 1295 de Richier.

 

Les modèles GA de Boilot-Pétolat sont aussi repris et réutilisés sur ceux de BPR. Le principe de mouflage des GME de Richier et de Pingon est aussi repris et amélioré par BPR pour ses modèles 8 et 12 tonnes, les cabines frontales laissent peu à peu place aux cabines latérales (sur les séries GT 200) et le design des grues s’améliore.

 

Malgré cela, l’appétit de Potain n’est pas ralenti, BPR finit par être acquis pour devenir sa filiale en 1984. C’est l’apparition des grues ressemblantes aux Topkit Potain : GT 431 B, GT 431 C3, GT 441 C3... En effet les éléments de grues sont quasiment les mêmes que ceux produits par Potain sur ses propres modèles Topkit de l’époque, le matériel BPR étant fabriqué dans les usines “Potain”.

 

La marque Cadillon est aussi acquise dans la foulée et filialisée “BPR-Cadillon” en 1990. Les GT 1000 (les “City Cranes” BPR) et GT 2000 (les “Topkit” BPR) font leur apparition, toujours fabriquées et modernisées par Potain en ses usines. La nouvelle marque adopte une nouvelle couleur : le vert, qui est appliqué à toutes ses GME de la gamme GT dans les années suivantes.

 

La marque BPR-Cadillon disparaît avant 2000, entièrement absorbée par Potain avant le rachat par Manitowoc.

 

Pourtant, dans chaque MD et MDT d’aujourd’hui, il y a un peu de BPR-Cadillon qui sommeille.

 

Auteur: Cédric MARCON

les gammes

Autres documents BPR